1. Toutes les catégories à "éliminer"

En 1933, l'Allemagne nazie ouvre le premier camp : Dachau. Ces camps accueillent les prisonniers de droit communs, tous les opposants politiques ainsi que les Juifs, les Tsiganes, les témoins de Jéhovah, les homosexuels et les apatrides, entre-autre.

campsc5.gifhttp://shoah-solutionfinale.fr/campsc.htm

Voici les différentes catégories de personnes présentes dans les camps de concentration, représentées par un symbole spécifique.

En fonction de leur catégorie, ils portaient un triangle cousu sur leurs vêtements. A leur arrivée, on leur donnait également un numéro de matricule. A Auschwitz seulement, on faisait tatouer ce matricule sur l'avant-bras du déporté.

Les apatrides :

Le terme apatride (du préfixe privatif a- et du grec patris, "terre des ancêtres") s'applique à toute personne qu'aucun État ne considère comme son ressortissant par application de sa législation. Plus simplement, apatride désigne une personne dépourvue de patrie donc de nationalité légale. Par exemple, début 1943, les Allemands juifs réfugiés au Danemark échappèrent aux nazis car « ces Juifs s'étaient vu retirer leur nationalité allemande et étaient donc des apatrides bénéficiant de la protection de l'État danois ». Les apatrides n’ont pas vraiment d’identité légale ; ils ont peu de droits et sont cachés par les marges de la société.

Chose étrange : Adolf Hitler était lui-même apatride de 1925 à 1932. En effet, à sa sortie de prison le 20 décembre 1924, Hitler retrouve un parti déchiré entre différentes tendances centrifuges. Sous la menace d'une expulsion vers l’Autriche, menace vite réduite à néant par le refus du gouvernement autrichien de l'accueillir, il est interdit de séjour dans le Land de Prusse et de parole dans de nombreux autres Länder. Devenu apatride le 30 avril 1925 et interdit de parole en public jusqu’au 5 mars 1927, il reconstruit le NSDAP sur de nouvelles bases et retrouve une certaine popularité.

Les témoins de Jéhovah :

Les Témoins de Jéhovah, appelés autrefois les Etudiants de la Bible, sont un mouvement qui réinterprète la Bible. Considérés comme une secte, ils furent longuement persécutés notamment par les nazis. Cette persécution ne date pas du début des camps. Bien avant, au cours de la Première Guerre mondiale (1914-1918), les Témoins de Jéhovah avaient déjà attiré l’attention de manière négative, car leur attitude envers l'État et les Eglises était jugée irrespectueuse. Dans les années 1920, ils se sont davantage faits remarquer en raison de leur activité missionnaire et deleur accusation des Églises. Sous le régime nazi, les raisons de leur persécution furent des prétendus liens avec les juifs, les franc-maçons et les communistes, leur refus de voter, de prendre les armes et de faire le salut nazi, ainsi que la perturbation causée par leur recrutement de nouveaux adeptes. En 1933, Hitler arrive au pouvoir et interdit officiellement ce mouvement. Les Témoins de Jéhovah luttèrent contre le régime nazi, mais dès 1938 de nombreux partisans connurent l’horreur de l’univers concentrationnaire.

 

Les « asociaux » :

Les nazis jugeaient entre autres « asociaux » les prostituées, les personnes sans travail ayant refusé deux fois une offre d’emploi, les individus ayant été l’objet de « Scandale(s) » pour d’autres Allemands et les « petits délinquants » (que la « biologie criminelle » jugeait biologiquement inférieurs). Les individus de cette dernière catégorie, hommes ou femmes, étaient parfois stérilisés de force. Dans les camps, les « asociaux » portaient un triangle noir.

Les prisonniers de droit commun :

Dans les camps il existe une hiérarchie. Les kapos, généralement des prisonniers de droit commun, ont tous les droits sur les détenus. Les taux de mortalité varient entre 30 et 60%. 

Les Homosexuels :

Dès les débuts du nazisme, les homosexuels sont jugés néfastes à l’Allemagne. Selon les nazis, les homosexuels compromettaient le taux de natalité de leur pays et amenaient à la perversion en dégradant moralement et physiquement les hommes, leur santé ainsi que l’idéal nazi : l’Aryen. A son arrivée au pouvoir, le parti Nazi entreprit la persécution des homosexuels sous toutes ces formes : harcèlement par la police, descentes massives par des SA dans des lieux largement fréquentés par des homosexuels, mise en place d’une législation sanctionnant les comportements homosexuels. Durant toute la période des années 1930, les homosexuels subirent des arrestations et un harcèlement croissant ; à la fin de cette période la persécution s’intensifia et des homosexuels furent dénoncés et envoyés dans les camps.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site